« Cœur de France à vélo », la nouvelle véloroute du centre de la France

« Cœur de France à vélo », la nouvelle véloroute du centre de la France

Publié le 09/07/2019

Avec un potentiel de fréquentation et de retombées économiques comparable à celui de La Loire à Vélo, « Cœur de France à vélo » commence à s’ouvrir aux cyclistes dès cet été et va monter en puissance sur les 7 années à venir.

Coeur de France à vélo : une marque accueillante, au rayonnement national :

L’appellation « Cœur de France à vélo » et la charte graphique du logo ont été dévoilées lors d’une réunion des maîtres d’ouvrage accueillis par la commune d’Azay-sur-Cher, le 10 mai dernier. Le nom testé et validé auprès d’un panel représentatif de la population française évoque naturellement :

 • le centre géographique de la France,

• un itinéraire, une balade à vélo, un parcours touristique,

• l’authenticité, le terroir, le patrimoine, la nature, l’histoire,

• les émotions, le plaisir.

Le choix des couleurs bleue et ocre est issu de l’histoire locale. Les premiers bleus de France sont identifiés à Mehun-sur-Yèvre (18), dans le Château Charles VII : sur des carreaux en terre cuite peints à la main. Les ocres de la vallée du Cher ont été exploités pendant huit siècles et exportés en France et dans toute l’Europe. Le cadre du vélo en forme de « Y » reprend la forme du parcours cyclable et symbolise la rencontre des cours d’eau du Cher et du canal de Berry.

Le logo inspirant sympathie et bonne humeur a été décliné en mascotte sur des exemples de produits dérivés. Le nom et sa déclinaison graphique ont été déposés par la Région et enregistrés auprès de l’INPI en novembre 2018. L’ensemble des outils utiles à la communication sont disponibles et exploitables en particulier sur la signalétique routière.

Cœur de France à vélo en résumé:

D’une longueur de 300 km, la véloroute permettra un bouclage avec « La Loire à Vélo » et un périple de 10 jours entre Val de Loire et Berry, tout en s’ouvrant vers l’Auvergne. Les retombées économiques sont estimées à 7,4 M€ /an.

Elle s’appuiera sur 2 avantages concurrentiels essentiels :

  • le chemin de halage qui borde la vallée du Cher et le canal de Berry, offrira un très bon niveau de sécurité et une accessibilité à un très large public.
  • des dessertes ferroviaire et autoroutière d’exception reliant les bassins parisien et lyonnais et la façade Atlantique.

Reliée à la Loire par ses deux extrémités, à Marseilles-les-Aubigny dans le Cher et à Tours en Indre-et-Loire, son cheminement débute dans l’Allier à Montluçon sur une trentaine de kilomètres, avant de traverser le Cher sur 190 km, puis le sud du Loir-et-Cher sur 70 km et enfin la Touraine sur une quarantaine de kilomètres.

D’ici 2021/22, les 200 kilomètres reliant Tours à Vierzon et Bourges seront ouverts  aux cyclistes. La 2ème phase de travaux centrée sur le Cher en 2022-26 permettra aux cyclistes du canal de Berry de rejoindre la Loire. Des itinéraires provisoires seront étudiés en parallèle pour pallier les ruptures d’aménagement et lancer sans attendre la fréquentation et la mise en tourisme des territoires traversés, comme ce fut le cas sur « La Loire à vélo » dont les travaux se sont échelonnés sur 15 ans.

Les travaux d’aménagement sont en cours et le projet est rentré dans sa phase opérationnelle. Dès cet été, on peut pédaler sur 2 sections principales : la première entre Montrichard et les portes de l’agglomération tourangelle (30 km) et la seconde entre Saint-Amand-Montrond et Montluçon (50 km).

Contact :

Laurent SAVIGNAC -  Chef de projet « circulations douces » Direction du Tourisme Région Centre-Val de Loire - Laurent.SAVIGNAC@regioncentre.fr – Tel. : 02.38.70.28.26.